Conseil Diet’ du jour : la ration d’attente

On entend souvent parler de « ration d’attente ». Celle-ci désigne les apports nutritionnels entre le dernier repas et le début de l’effort. Est-ce si important ? Comment l'aborder ? Olivier vous apporte quelques éléments de réponse.

 

Spécificité du tennis en compétition

Une des spécificités du tennis en compétition par rapport à de nombreux autres sports est que le délai entre le dernier repas et le début du match est souvent incertain. En effet, que ce soit en interclubs (2ème rotation) ou en tournoi (attente que la partie précédente se termine par exemple), la fameuse règle des 3h peut vite atteindre 3h30 à 4h voire plus, le joueur s’exposant alors à un gros risque d’hypoglycémie (chute du taux de sucre dans le sang).

 

Les méfaits d’un stress mal géré : une glycémie instable

Ce risque d’hypoglycémie est également accentué avec une charge émotionnelle importante qui engendre une libération d’hormones adrénalines et noradrénalines et qui va générer une forte perturbation de la glycémie avec une libération de glucose sanguin (sucre dans le sang).

Une hyperglycémie (augmentation du taux de sucre dans le sang) s’installe alors, mais le problème est que comme elle ne s’accompagne pas d’un effort et n’est donc pas utilisée par les muscles ou autres tissus (globules rouges par exemple), de l’insuline est secrétée en abondance afin de diminuer ce taux. Dès lors, le glucose sanguin initialement stocké pour l’usage quasi exclusif du cerveau va se voir détourné. Mal approvisionné, son fonctionnement va s’altérer et une hypoglycémie va s’installer, avec cette sensation d’être tout « mou » sur le terrain que l’on a tous déjà rencontrée…

 

Conseil pour maintenir une glycémie stable

Buvez  une boisson glucosée très diluée (boisson énergétique possible mais à diluer plus que ce que prévoit la marque) à intervalles réguliers (c’est très important) pour minorer les fluctuations de la glycémie. En ce sens, toutes les 20 ou 30 min, prenez 2 ou 3 gorgées de votre boisson durant les 3 dernières heures avant le match. Dès le début du match, buvez votre boisson d’effort habituel sans attendre  la fin du 1er set comme on peut le voir souvent…

Selon votre tolérance digestive, de l’eau pure pourra compléter la boisson énergétique ainsi que des aliments « solides » comme une banane, une barre céréalière, une pâte de fruit ou encore une compote. Comme souvent, il faut tester ces pratiques avant afin de trouver la bonne formule pour soi.

 

Ce qu'il faut éviter absolument

Pour les raisons évoquées un peu plus haut, il ne faut surtout pas boire 1h ou 30 min avant le match 1/2 L de jus d’orange ou de coca en pensant faire le plein de glucides ! Mais cette pratique est encore observée…

 

La semaine prochaine, nous parlerons de la ration de récupération, moment très important pour le joueur de tennis qui en cas de victoire doit souvent être opérationnel assez rapidement pour le prochain tour.

Olivier