Conseil Diet’ du jour : les boissons isotoniques

On entend souvent parler de boissons « isotoniques ». De quoi s’agit-il, et quels avantages possèdent-elles par rapport à d’autres boissons ?

 

Définition d'une boisson isotonique

Une boisson isotonique renferme autant de particules (protéines, minéraux, sucre) par unité de volume que le plasma sanguin, ce qui favorise l’assimilation optimale de l’ensemble de ses constituants.

Lorsque la concentration de la boisson dépasse celle du plasma sanguin (comme dans les sodas ou les jus de fruits par exemple) elle devient hypertonique et donc difficilement assimilable par l’organisme. En réponse, les cellules intestinales vont alors libérer de l’eau  jusqu’à ce que la boisson ingérée devienne plus diluée et donc isotonique. Cette consommation d’eau accrue par l’organisme peut donc, lors d’un effort, favoriser les risques de déshydratation qui seront accentués s’il fait chaud. En revanche, une boisson énergétique hypertonique peut se justifier dans certains cas, notamment dans les efforts prolongés accomplis dans le froid.

Attention, il ne faut pas confondre les boissons énergétiques (ou boisson de l’effort) avec les boissons énergisantes (« energy drinks »). L’apport en glucides de ces dernières est approprié à l’effort mais l’intérêt des autres composants (caféine, taurine, ginseng…) reste à démontrer. De plus, ces boissons gazeuses sont plus difficiles à digérer que les autres, il faut donc éviter de les consommer pendant l’effort. Les dernières études ont prouvé que les boissons énergétiques permettaient de réhydrater tout aussi bien que l’eau plate et qu’en plus elles avaient l’avantage bien entendu de prévenir la dégradation des  performances sportives.

 

Comment s'hydrater avant, pendant et après un match ?

  • Boisson d’attente entre le dernier repas et le match : boisson hypotonique (boisson de l’effort faiblement concentré à prendre à intervalle régulier).

 

  • Pendant le match : boisson de l’effort isotonique. Attention, plus il fait chaud (vous transpirez énormément), plus il faut diluer la concentration de votre boisson énergétique.

 

  • Après le match : boisson hypotonique dans un 1er temps (jus de fruit dilué, thé chaud au miel ou boisson énergétique peu concentrée si vous n’êtes pas écœuré) suivie d’une boisson bicarbonatée gazeuse (neutralise l’acide et favorise l’élimination des déchets).

 

Une nouvelle génération de boissons sur le marché

Et enfin, depuis quelques années, une nouvelle génération de boissons énergétiques dites aux « polymères » ou « maltodextrines » permet de répondre aux différentes conditions climatiques. Ces boissons se caractérisent par leur absence de saveur sucrée et leur aptitude à assurer une fourniture d’énergie suffisante sans risque de trouble digestif. On arrive de ce fait à une formulation « standard » des préparations consommées quelles que soient les conditions d’effort.

 

La semaine prochaine nous évoquerons la prise de sodas durant l’effort, bienfaits (s’il y en a) et méfaits.

 

Olivier